Actualités

Réunion Le Goret Libre  le 27 janvier 2017 à 20h30 à la salle des fêtes de Misérieux (01)

tract réunion01_2017

Comme annoncé dans la précédente actualité, le préfet de l’Ain a autorisé l’ouverture de l’usine à porcelets d’Ars. Nous attendions autant que nous redoutions cette décision qui n’est pas une surprise : tous les préfets de France autorisent tous les élevages concentrationnaires. Il est donc temps d’envisager la suite. C’est pourquoi nous vous invitons à un débat le27 janvier à 20h30 avec deux points importants :

– Intenter toute action possible en justice

– Sensibiliser les habitants du territoire, ignorants ou indifférents

Après la mobilisation forte en avril dernier, il faut que nous soyons encore plus nombreux pour être entendus et continuer de nous battre contre cette ignominie qui détruit l’air, les sols, l’eau, notre santé et notre humanité.

C’est important de montrer au préfet, à Cyhrio et aux industriels que nous sommes nombreux, que nous ne  sommes pas isolés sur le territoire, que nous sommes la Vie face à un projet de Mort.

Alors venez nombreux soutenir activement cette cause que vous défendez ; de cette mobilisation dépend la suite.

Le préfet-noël est passé !

Qu’avait-il dans sa hotte ?

Une autorisation d’ouverture d’espace concentrationnaire pour cochons à Ars et tous ses accessoires :

Caillebotis intégral,

Lisier chimique avec épandage et pollution des sols, de l’air et de l’eau,

Castration, limage de dents et « équeutage » sans anesthésie des porcelets,

Soja transgénique importé avec déforestation et réchauffement climatique,

1500 truies incarcérées pendant l’allaitement

Nous aurons grâce à lui le plaisir d’habiter à côté d’une usine qui va cracher 48000 porcelets par an dans des conditions de stress et de souffrance insupportable.

On donne rendez-vous aux opposants à la torture animale en janvier pour envisager la suite de la lutte…

…parce que ton cadeau préfet-noël, on n’en veut pas.

Informations de rentrée

Manifestation à la ferme des mille vaches

Le combat contre l’usine à porcelets d’Ars continue ! J’irai dimanche à la manifestation de Novissen (http://www.novissen.com/Pages/default.aspx) à Abbeville au nom de notre collectif. Deux de leurs membres étaient venus nous soutenir lors de notre manifestation à Ars ; c’est important de montrer que cette lutte n’est pas locale et qu’il y a des connexions entre tous ceux qui refusent ces aberrations. On peut faire un covoit, départ samedi en fin de journée, nuit à Paris, fin de la route dimanche matin et retour dimanche tard. Signalez-vous, même si le délai est court et Abbeville loin…
Important : Ils ont prévu d’ériger une stèle dédiée à la résistance à l’élevage industriel, avec des ex-voto et objets fabriqués par les participants. Si certains d’entre vous se sentent l’âme créatrice, leur contribution est bienvenue. Vous pourrez me donner votre œuvre sur point de distribution ou au Ring pour que je les emmène samedi.

Reportage à St Symphorien

Dans l’émission « comme un bruit qui court » sur inter samedi, reportage sur St Symphorien où une extension de porcherie (12000 porcs) a été refusée par le préfet de Gironde, nous y reviendrons. C’est un message d’espoir pour tous ceux qui  se battent partout en France contre ces aberrations :

https://www.franceinter.fr/emissions/comme-un-bruit-qui-court/comme-un-bruit-qui-court-03-septembre-2016 (à partir de 33′)

Manifestation Le Goret Libre à Ars

Nous avons évoqué pour cette rentrée une manifestation. L’idéal serait de la faire fin octobre. Il faudrait deux, trois personnes disponibles pour donner un coup de main à l’organisation ; si vous êtes disponible, signalez-vous.

Village des initiatives Convergence / Alternatiba

Le 8 octobre à Villefranche, nous pourrons tenir un stand dans le village pour sensibiliser les visiteurs à notre lutte et parler de notre manifestation. Il faudrait plusieurs personnes pour se relayer sur la journée et informer les visiteurs ; si vous êtes disponible, signalez-vous

Rendez-vous en préfecture.

Nous sommes allés mardi 26 juillet à la préfecture de l’Ain où nous avons rencontré :
M Christophe NOGAREDES Directeur de réglementation et des libertés publiques
– Mme Sylviane BERTHILLOT Directrice du bureau de la réglementation et des élections

Nous avons remis :

  • La pétition en ligne signée par 6179 personnes,
  • Celle de notre manifestation à Ars le 30 avril 2016, signée par 253 personnes,
  • Une lettre ouverte reprenant les raisons pour lesquelles nous refusons cette installation : Lettre ouverte Préfet 26.07.16

Vous trouverez rapidement ci-joint le compte rendu de cette visite (enfin rapidement…)

Article de Sarah Finger dans Libération du 13.06.2016 :

http://www.liberation.fr/france/2016/06/13/l-elevage-de-l-ain-mis-en-cause-par-l-214-va-etre-liquide-ses-poules-aussi_1459138

L’article commence par la situation du poulailler où on relève d’une part que des dizaines de personnes se sont manifestées pour acheter des poules promises à l’abattoir (certaines finiront à la casserole…) et que le gérant, qui n’est pas à cela près, veut les vendre 2.50€ alors que l’abattoir les reprend à 10 centimes, ajoutant à ceux qui s’en émeuvent que soit ils payent soit elles seront gazées…

Et l’article se termine par l’intervention du maire de Chaleins, Gilbert Gros qui envoie du lourd. Il est bon de rappeler que ce brave homme compte dans son conseil municipal un co-gérant du Gaec et la femme de l’autre co-gérant. Voilà qui est habile quand on veut surveiller le lait sur le feu et qui n’autorise pas vraiment la critique. Il est marrant le maire : «Ceux qui ont voulu la mort de cet élevage ont mis 20 salariés sur la paille.» Mais non, nous c’est les poules qu’on veut mettre sur la paille. Cette usine ne tournait plus rond nous dit-on, elle n’avait pas les moyens de payer assez de personnel pour éviter cadavres en décomposition, larves, mouches etc. Les attendus du préfet sont clairs… Alors la responsabilité est où ? Ça doit être un peu plus compliqué que de chercher un bouc émissaire dans ceux qui ne pouvaient se satisfaire d’une situation abominable.

Nous ce qu’on veut c’est que celui qui à la charge d’un village de 1200 habitants se préoccupe du bien être de tous, en harmonie avec les villages alentour, pas seulement de ses colistiers. Nous ce qu’on veut c’est que les habitants du territoire puissent vivre dignement de leur travail sans un jour se retrouver manipulés dans des formules à l’emporte pièce dont le seul but est de faire écran de fumée. Il était où le maire quand depuis 2013 ses administrés  se plaignaient sans succès de tout ce qui a conduit à la fermeture ? Il a fait quoi le maire pour arranger les choses, pour faire face à ses responsabilités devant l’exaspération croissante de la population environnante ? Il a proposé une solution ? Et l’image du village, l’attrait pour y habiter ? Ça ne compte pas ? Tous ces gens qui craquent de trop de puanteur, de mouches invasives par centaines ? Il leur dit quoi le maire aujourd’hui ? Que c’est de leur faute si d’autres perdent leur emploi, qu’ils auraient dû se taire et laisser faire pour que tout continue ? Monter une partie des habitants contre une autre, c’est ça être maire ? C’est le même maire qui propose un parc d’éoliennes aux portes de sa ville, provoquant la fureur de riverains.  En même temps, pour les autres villages, cet homme est une bénédiction puisqu’il cherche à concentrer à Chaleins les sept plaies d’Egypte. Oyez marchands d’industries polluantes et dégradantes, de France et de Navarre, voici une terre accueillante et peu regardante. Il suffit d’avancer le précieux sésame ; « on va créer des emplois » et le maire vous ouvre les bras. En plus tiens, il n’est pas chiche, « il se réjouit de l’ouverture prochaine d’un autre élevage industriel, tout près de son village ».  On pourrait trouver ça perfide mais non, c’est juste un renvoi d’ascenseur. Le groupe industriel Cyrhio vient d’annoncer qu’il va reprendre la partie d’élevage de porcs du Gaec, donc quelques emplois sauvés de la paille. Il peut se réjouir, pensez donc, 1500 truies qui vont être torturées pour cracher 48 000 porcelets par an à Ars. Où est le problème ? Faire la même chose à Chaleins ? Une bénédiction. Il y aura sûrement des repreneurs pour la part Pondeuses du Gaec qui auront bien compris eux-aussi le message ; installez-vous et faites ce que vous voulez, ici on ne vous cherchera pas les poux, du moment que vous créez des emplois et que vous payez les taxes afférentes, ce qui reste à vérifier.

Tiens, il parait qu’il y a du gaz de schiste sous Chaleins… Non attendez Monsieur le Maire ne creusez pas, c’est une blague… Enfin pas si sûr…

Philippe SOUCHET 13.06.2016

Fermeture de l’élevage intensif de poules à Chaleins

Le préfet a décidé la fermeture de l’usine ! C’est une victoire pour tous ceux qui se battent sur place depuis des années en ce sens, riverains, membres de « bien vivre à Fareins » et autres collectifs, dont L214 qui a eu le courage de publier cette vidéo et d’entraîner cette onde de choc salvatrice. C’est cependant une victoire incertaine. Il s’agit d’une fermeture provisoire, pour remise en état de l’usine, ce qui veut dire qu’elle pourra reprendre son activité et continuer de mettre 200 000 poules dans cet espace concentrationnaire pour peu qu’elle respecte des normes si tolérantes qu’elles ont permis que s’y déroule ce drame. Une majorité de riverains se contentera demain d’une remise en état avec des améliorations techniques pour ne plus rien sentir ni avoir de mouches, sans plus se soucier du sort de ces animaux. C’est là que réside le principal drame, l’indifférence générale, permettant à des industriels peu scrupuleux de couvrir la France d’élevages intensifs de poules, veaux, cochons etc. Ce qui s’est passé ici se passe forcément ailleurs en France et dans tous les pays engagés dans cette course au gigantisme. La vraie victoire serait que ce drame serve à ouvrir un vrai débat sur ce modèle économique insensé qui va droit dans le mur, entraînant aussi des familles, tant ceux qui souffrent à proximité que ceux qui vont perdre leur emploi. Il faudrait un vrai courage citoyen qui entraînerait des décisions politiques pour sortir de cette impasse. Nous en reparlerons.

Le collectif Le Goret Libre salue cette victoire d’étape mais reste mobilisé, dans l’attente en ce qui nous concerne de la décision préfectorale d’autoriser ou non l’élevage intensif de cochons à Ars où 1500 truies vivront l’enfer…

 

Ce blog est le trait d’union du collectif Le Goret libre qui s’oppose au projet d’usine à cochon sur Ars.

Au menu, du cochon :

qui sommes-nous ? ou quelques repères sur ce qu’est le goret libre.

Ensuite une description du projet Resumes_non_techniqes_-_Elevage_du_Formans-1 prévu par le groupe Cirhyio et en pendant pourquoi un tel projet est inacceptable CR coup de gueule

Une base documentaire où vous trouverez des informations utiles

Un volet  Rassemblement du 30 avril à Ars

Un volet archives avec les comptes rendus des étapes passées

Si vous êtes d’accord avec nos revendications, rejoignez-nous !
Prochaine étape :  rassemblement géant le 30 avril à Ars, à 15h ; voir l’onglet Rassemblement

porcelets